A propos

Comme une envie de partager avec vous notre manière de travailler, mais également d’aider peut-être les maraîchers qui débutent à trouver des outils et des solutions pour commencer avec peu de moyens. Il faut s’armer de patience pour dégoter les bonnes affaires dans les vides greniers, les brocantes, les sites de petites annonces. Il faut aussi en parler autour de soi et pourquoi pas sur les réseaux sociaux. Les outils de jardinage qui traînent dans les caves et greniers et qui ne sont plus utilisés sont légion.

Sur le champ de l’Aronde nous ne travaillons qu’avec nos deux mains et notre tête aussi. C’est un choix longuement réfléchi en ayant bien conscience des conséquences sur notre labeur. Il y a quelque chose d’excitant à l’idée de ne travailler qu’avec des outils manuels. D’abord, la découverte de ses outils parfois modernes, parfois anciens ainsi que les réflexions qui nous anime pour toujours essayer de trouver, d’inventer des moyens efficaces pour gagner du temps et économiser notre fatigue. Nous sommes persuadées qu’en ne faisant pas passer d’outils lourds sur la terre de culture, nous évitons tous tassement du sol, il reste souple, bien drainé. C’est aussi évité le bruit des machines qui feraient fuir certains habitants du terrain fort utiles. Comme les orvets ou les crapauds qui naturellement nous évitent des invasions de limaces. Les vers de terre, qui peuvent tranquillement creuser leurs galeries sans risquer un coup de lame, nous aident à aérer la terre et par conséquent sont bénéfiques à nos cultures. Il est évident que si nous avions un terrain plus grand, nous aurions sans doute été obligés d’utiliser un motoculteur, mais comme notre terrain ne fait que 6000 m² avec plus ou moins 3000 m² de cultures (64 planches de 30 m de long), nous pouvons nous permettre de nous en passer.

Répertoire outils et méthodes

Tracer nos lignes

A la base ceci est un ancien râteau à foin que nous avons trouvé en brocante. Les petites piques en bois ont été retirées à l’aide d’un marteau. Nous l’utilisons pour tracer les lignes de nos futures cultures sans marcher sur nos planches. Si par exemple nous devons semer des épinards, il nous faut tracer quatre lignes repères sur notre planche, il suffit donc de mettre quatre petits piquets en bois sur le râteau. Nous pouvons tracer de une à douze lignes. C’est un outil qui est relativement simple à confectionner sois même.

Trouvé en vide grenier

Le pousse-Pousse

La houe maraîchère qu’on appelle aussi cultivateur à roue, sarcleuse à pousser, cultivateur bineuse manuel à roue ou encore Pousse pousse est un outil bien pratique pour désherber les chemins entre nos planches. Certains maraîchers l’utilise également pour désherber entre les plantations, mais pas nous. Celui-ci est un modèle bas de gamme, mais qui nous suffit pour l’instant, même si nous devons bien avouer que le modèle avec son sarcloir oscillant est bien plus efficace, mais également bien plus coûteux. Il n’est pas dit qu’à force d’avoir mal au bras, nous finirons par investir dans un autre modèle. Il en existe également avec deux roues.

Acheté neuf

Le presse Motte

Au début nous faisions nos semis dans des alvéoles en plastique. C’est une pratique qui a des avantages, mais après de nombreuses lectures sur le sujet, nous avons eu envie de tenter l’expérience du presse motte. Nous ne pouvons pas dire qu’une pratique est mieux que l’autre, chacun à ses envies et ses habitudes, mais en ce qui nous concerne nous ne voudrions pas revenir en arrière. Le presse motte donne des résultats intéressants, il a l’avantage de ne pas utiliser de plastique, de ne pas stresser la plante lors de la transplantation et reste bien humide. Notre modèle nous permet de faire 20 mottes de 38 x 38 x 50 mm avec évidement pour la graine. Il existe des modèles pour 1,3,5,12 mottes etc de tailles différentes.

Acheté neuf

La faux

Faucher nos hautes herbes à la main peut parfois être décourageant, mais la faux est un outil efficace qui avec son long manche et sa grande lame peut rapidement désherber de longues distances. Nous avons l’image de ses anciens paysans qui fauchaient les champs de blé à la faux, c’est surprenant comme avec une bonne maîtrise en laissant son corps se balancer avec l’outil il est possible de moins se fatiguer et d’y prendre plaisir. Il est important d’avoir une lame bien aiguisé avec une pierre d’affûtage pour une bonne efficacité. Nous avons plusieurs modèles trouvés dans des vides greniers pour un prix modique. 

Trouvé en vide grenier + reçu

La faucille

La petite soeur de la faux qui fait penser à l’outil utilisé par les druides, cela tombe bien nous sommes en Bretagne. Nous l’utilisons pour dégager nos haies des ronces quand elles sont trop envahissantes. Nous en avons plusieurs modèles. Comme pour la faux, il faut bien l’aiguiser.

Trouvé en vide grenier + reçu

La grelinette

La Grelinette inventée par monsieur André Grelin est un outil efficace et indispensable pour le maraîchage manuelle. Selon le fabricant elle peut porter d’autres noms comme : « guérillu, aérobêche, fourche écologique, bioculteur , aérofourche, bio bêche etc. La grelinette permet d’ameublir le sol sans le retourner et donc de préserver l’écosystème du sol. Il existe des grelinettes à 3,4,5,6 dents et le prix peut varier d’un modèle à l’autre. Notre modèle est à cinq dents et nous l’avons gagné par hasard lors d’un concours sur facebook, une chance que nous avons vu comme un signe.

Voir la grelinette forgé en acier trempé forgé à la main (celle que nous rêvons d’avoir) de Hervé Le Gal http://biobeche.net/

Gagné lors d’un concours Facebook

Le pulvérisateur

Nous avons trouvé ce pulvérisateur en occasion, mais encore neuf dans son emballage, il a un contenant de 20 litre. Nous l’utilisons pour arroser nos semis rapidement ou encore pour pulvériser des décoctions à base de plantes de notre champ pour traiter des maladies. Son double jet est puissant, mais moins brusque qu’avec une pomme d’arrosoir. Nous l’utilisons tous les jours en essayant de ne pas le remplir à son maximum, car cela reste lourd pour le dos, il a un système de filtre qui permet de ne pas encrasser les tuyaux d’aspersion.

Dernièrement (septembre 2018) nous avons constaté un début de mildiou sur nos plants de tomates. Nous avons fait un mélange eau + savon noir + bicarbonate de soude, le résultat semble satisfaisant.

Trouvé neuf en magasin d’occasion

L' Arrosoir

Si comme nous vous n’avez pas de goutte à goutte, de système d’aspersion, de pompe et que vous devez arroser à la main vos planches de 30 m de long, il vaut mieux en avoir plusieurs. Pas grand-chose à dire sur cet outil que vous connaissez déjà. Par contre, la qualité de l’arrosoir est importante ou plus précisément la taille des trous du pommeau qui peut varier et être plus ou moins efficace. Vous en trouverez de toutes les tailles et à tous les prix.

Acheté neuf

Les cuves à eau

Nous n’avons pas d’accès à l’eau sur notre terrain. La seule solution a donc été d’acheter des cuves à eau de 1000 litres. Nous en avons quatre et nous comptons en avoir d’autres. Un objet que nous ne trouvons pas très beau et nous nous serions bien passé d’avoir de gros cubes en plastique dans notre champ, mais sans eau il est difficile de cultiver. Nous les faisons remplir par un fermier du coin et cela nous dépanne bien. Bien entendu il est prévu de récupérer l’eau de pluie quand nous aurons nos autorisations pour nos serres. Quand les bâtiments de notre coopérative d’habitant « L’aronde » seront construit nous aurons également accès à l’eau. Le prix d’une cuve neuve coûte dans les 100€, en ce qui nous concerne nous les trouvons sur les sites de petites annonces dans les 30€. Nos cuves sont blanches, le désavantage quand il fait chaud c’est que des algues vertes se forment dedans et bouche nos pommeaux d’arrosoir. L’idéal est de trouver des cuves noires, mais c’est rare en occasion et c’est plus cher. 

Acheté sur site annonces

Le plantoir

Le plantoir est un outil commun et bien pratique. Il se nomme en réalité plantoir à bulbes, mais il est aussi efficace et rapide pour faire de large trou afin de transplanter par exemple nos plants de courges et courgettes. Une fois enfoncé, il retient la terre, il suffit d’une petite pression sur le manche pour déposer la terre du trou sur le côté.

Acheté neuf

Le transplantoir

Outils indispensables. Quand votre terre est bien meuble, il est facile de le planter et de faire un mouvement vers vous pour dégager la terre et créer une ouverture afin de planter vos mottes, c’est rapide et efficace.

Reçu

Le sarcloir ou Grattoir

Le sarcloir permet de sarcler les adventices, il coupe net les indésirables au niveau du collet. La lame doit être bien affûté et pour une bonne efficacité il ne faut pas trop l’enfoncé dans la terre. C’est un outil que nous utilisons régulièrement et il est préférable d’avoir plusieurs tailles. Nous avons le modèle de base à lame fixe trouvable dans les jardineries pour un prix modique. L’idéal est d’avoir un sarcloir oscillant, il a l’avantage d’utiliser plus de force et de couper les plantes en poussant ou en tirant dans un mouvement de va-et-vient.

Acheté neuf

La binette

La binette est un outil relativement connu pour le désherbage, mais il ne fait pas que ça, il ameubli et aère le sol. Souvent à cause des effets de l’arrosage, de la pluie et du soleil la couche superficielle du sol peut devenir compacte, elle durcit et forme une croûte et empêche les plantes de respirer. La binette va casser cette croûte. Vous connaissez peut-être l’adage : « un binage vaut deux arrosages ». Contrairement au sarcloir qui coupe les adventices au collet, la binette va arracher les racines. Vous en trouverez de toutes sortes, de toutes tailles à tous les prix que ce soit dans les magasins de jardinage comme sur les sites d’occasion. L’idéal comme pour le sarcloir est d’avoir plusieurs tailles afin de pouvoir passer facilement entre vos plantations sans les abîmer.

Reçu

La pierre à affûter / aiguiser

Indispensable pour affûter faux, binettes et sarcloirs. Vous en trouverez dans les jardineries à tous les prix.

Acheté neuf

La fourche

Si comme nous vous paillez ou encore si vous avez un compost que vous avez besoin de retourner, la fourche est un outil indispensable et que vous trouverez facilement en occasion. A l’origine les fourches étaient confectionné avec des branches d’arbres et les fourches à trois dents étaient très recherchées. Il existe des fourches de 2 à 9 pics. Nous avons un modèle à 3 dents, 4 dents et 9 dents. 

Reçu

La cisaille à haies

Nous avons voulu garder autour de notre champ une haie naturelle qui est remplie de différentes plantes et arbres y compris des ronces qui donnent de succulentes mures. La cisaille nous est bien utile, car madame la ronce aime s’étendre sur notre passage dans nos chemins qui longent la haie. Nous avons également la cisaille coupe branche pour les plantes avec de plus gros tronc comme les ajoncs.

Reçu

La cisaille coupe branche

La cisaille coupe branche nous a bien aidés pour affronter les gros troncs de genêts et d’ajoncs. Par contre, il faut apprendre à ne pas forcer l’outil, il nous est arrivé de plier le manche, voir de casser un outil. C’est un outil qui mériterait qu’on y mette le prix si on en a une utilité régulière.

Trouvé en vide grenier

Le butteur

Que ce soit pour planter des bulbes de fleurs, des pommes de terre et pas mal d’autres choses, un butteur c’est bien pratique. Il peut tracer de profondes rigoles dans vos planches, mais en appuyant moins fort il est possible d’ajuster la profondeur. Nous l’utilisons pour semer nos haricots (que nous ne faisons pas en poquet pour l’instant). Encore un outil facilement trouvable dans les brocante, vide grenier ou sur les annonces. Nous avons également un butteur qui peut être placé sur notre houe maraîchère (pousse pousse), mais nous ne l’utilisons pas.

Reçu

Le croc

Le croc nous est utile pour retirer de grosses pierres et de grosses racines dans nos terres. Il nous sert également à retirer la paille ou faire rouler de gros monticules de hautes herbes fauché. Vous en trouverez facilement en occasion.

Reçu

Le croc à pomme de terre

Un outil qui sert à butter et arracher les pommes de terre. Comme nous n’en avons pas planté en 2018, nous n’avons pas d’avis sur son utilité. L’année prochaine c’est certain nous pourrons le tester.

Trouvé en vide grenier

La pioche de terrassier

Avec un terrain qui était à la base jonché de Genêts à balai et d’Ajonc ainsi que de grosses pierres difficiles à extirper, une bonne pioche nous sauve souvent la mise. Nous l’utilisons aussi pour retirer les racines profondes des ronces. Comme pour beaucoup d’autres outils vous en trouverez facilement en occasion. La pioche avec une pointe est appelé Pioche de terrassier. La pioche arrondi est appelé pioche cantonnier.

Reçu

La pioche cantonnier

La pioche cantonnier est souvent utilisé sur notre terrain pour enlever les anciennes racines d’ajoncs et de genêt ainsi que les racines de ronces. Parfois pour retirer une grosse pierre.

Le râteau

Un grand classique du jardinage. Après avoir greliné nos parcelles et avoir déposé le compost nous passons le râteau pour incorporer le compost et pour niveler la planche. C’est toujours bien d’avoir deux tailles différentes.

Reçu

Pelle ronde col de cygne

Des pelles ils en existent de toutes les tailles et de toutes les formes ou presque. Notre préféré est la pelle ronde col de cygne qui est idéal pour creuser nos chemins comme pour remplir nos brouettes de compost.

Acheté neuf

La bêche

Un outil des plus classique également et qui existent en différents diamètres. Il y a également le louchet qui est plus long et plus étroit et qui sert surtout à faire des trous profonds pour planter des arbres ou pour déraciner de grandes plantes à déplacer. Nous utilisons peu cet outil excepté pour faire les trous qui vont accueillir les arbres fruitiers en novembre sur le terrain.

Reçu

Le semoir

Notre semoir est un modèle des plus basique à petit prix que l’on trouve dans les jardineries. Ce n’est clairement pas le modèle professionnel qui est un peu coûteux pour débuter. Nous ne pouvons semer qu’une ligne à la fois avec une précision très relative, mais nous arrivons quand même à nous débrouiller avec pour semer carottes et radis. Dans l’avenir nous aimerions avoir le modèle qui nous permet de faire plusieurs lignes simultanément avec plus de précision.

Acheté neuf

Plantoir à poireaux

Encore du système D, mais qui fonctionne. Le modèle le plus adapté pour des maraîchers permet de rester debout et de faire plusieurs trous en même temps. Pour l’instant nous faisons avec l’outil suivant qui n’est à la base pas un plantoir à poireaux et que nous avons trouvé en vide grenier pour 1€. Nous devons faire un trou à la fois accompagné d’un marteau et pour l’instant nous avons planté 400 poireaux en quelques heures avec ce système.

Acheté en vide grenier

La tarière

Nous avons un modèle de base, mais qui nous suffit. Un outil bien pratique pour creuser des trous profonds et enfoncer des poteaux que ce soit pour installer des rames à haricots ou une clôture autour d’un terrain. Il existe plusieurs diamètres…

Acheté neuf

Massue et barre à mine

Nous utilisons la barre à mine pour faire des trous profonds afin d’y glisser nos bambous pour les structures.

Reçu

Les arceaux

Les arceaux se fixent dans la terre tous les trois ou quatre mètres sur la planche, ils permettent de poser dessus un filet anti insectes ou encore une bâche transparente pour les tunnels nantais. Nous avons trouvé un lot sur le bon coin pour un prix plus qu’intéressant..

Acheté sur site annonces

Les filets anti insectes

Les filets anti insectes protègent nos choux, radis, poireaux, carottes de quelques gourmands prédateurs comme la piéride, les altises, la mouche du poireau et de la carotte. Sans eux il est difficile d’avoir de beaux légumes. Ils sont vendus en rouleau de longueur et largeur différentes, selon vos besoins et sont hélas relativement coûteux.

Acheté neuf

Filet à ramer

Nous ne sommes pas très satisfait de ce produit même s’il nous dépanne bien pour ramer nos haricots. Nous pensions recevoir du filet blanc solide et facile à dérouler comme à enrouler, mais il a tendance à s’emmêler. Nous avions connu des filets tendus et enrouler autour de tube en carton, ce qui était plus simple. Il faudra donc le faire nous-mêmes avec du carton de récup. Il aurait été préférable de choisir du filet à ramer en coton blanc.

Acheté neuf

Les agrafes

Indispensable pour fixer au sol les bâches et filets anti insectes afin de les protéger du vent, mais également pour les tenir bien fermé et empêcher les insectes nuisibles aux cultures de venir s’y faufiler.

Acheté neuf

Le chapeau parapluie

On ne vous dira pas que le chapeau parapluie est un outil indispensable aux maraîchers. Nous l’avions acheté en vide grenier pour quelques centimes juste pour l’objet qui est quand même bien kitch. Il s’avère néanmoins qu’il permet de travailler sous la pluie comme sous le soleil en ayant les mains libre.

Acheté en vide grenier

La brouette

Il en existe à deux roues et à une roue comme la nôtre que nous avons choisi, car elle permet de passer sur les chemins à côté des planches permanentes sans les abîmer. La brouette est indispensable pour transporter le compost, la paille, les pierres et les outils sans trop se fatiguer sur de longues distances. Un outil qui reste coûteux même en occasion.

Acheté neuf + 2 reçu

La brouette maraîchère

La brouette maraîchère nous avions décidé de nous en passer pour le début, car son prix est élevé. Coup de chance un fermier que nous avons rencontré en avait plusieurs et nous en a donné une. Certes, elle n’est pas toute jeune, mais elle fonctionne bien et nous réalisons son utilité. Pour transporter nos caisses de légumes, nos plaques de semis ou encore de grosses bâches, c’est idéal. Aujourd’hui, nous aurions du mal à nous en passer.

Reçu

L'émietteur

Comme son nom l’indique, il à comme fonction d’émietter les boulettes de terre pour affiner votre planche. De notre côté nous ne l’utilisons pas pour l’instant. Notre terre est en grande partie argileuse et caillouteuse, l’outil n’est donc pas efficace dans notre cas, mais dans l’avenir peut être.

Reçu

La cabane

Cette cabane nous l’avons reçu d’une dame qui voulait la débarrasser de son jardin. Il est important d’avoir un abri pour ranger ses outils et semences à l’abri des intempéries, mais également de pouvoir stocker ses caisses de légumes la veille d’un marché. Nous avons un peu aidé, mais c’est surtout Jacques qui a rafistolé cette vieille cabane qui est devenue l’abri du champ. Elle a été montée sur un plancher de palettes posé sur un monticule de pierres afin de protéger le bois de l’humidité.

Reçu

La toilette sèche

Ce n’est pas exactement un outil, quoi que… De fabrication maison, elle est bien utile pour nous comme pour les visiteurs. Pour la petite anecdote, nous trouvons nos copeaux de bois chez le fabricant de cercueils du village qui réalise ses œuvres en bois artisanalement et qui a une montagne de copeaux dans son jardin. Comme pour notre cabane c’est Jacques qui a construit ce lieu de paix avec du bois de récupération. La cuvette rose n’est pas un choix esthétique, nous l’avons trouvé neuve encore emballé pour quelques euros dans un vide grenier. Les toilettes sèches sont pratiques, économiques et écologiques, fini le gaspillage d’eau. Contrairement à certaines idées reçu, elles ne sentent pas mauvais. Nous déversons le seau une fois rempli dans un compost loin de nos cultures. Un compost qui ne sera pas utilisé sur nos plantations à consommer.

Construction maison

Cuvette neuve acheté en vide grenier

Le bambou

Un de nos voisins a hérité il y a quelques années d’un terrain qui était une bambouseraie. Au milieu du terrain il y a un grand lac et il a décidé de déraciner les bambous qui sont trop envahissant. Il nous permet de nous servir à volonté et nous utilisons les bambous qui sont parfois très grands pour faire nos structures à tomates, haricots, barrières etc. Un voisin vraiment chouette qui nous a même livré un stock en tracteur. Le bambou est beau et résistant, c’est une chance d’en avoir.

Reçu

Tondeuse Manuelle

Toujours a la recherche de solutions et d’outils manuels pour notre terrain, la liste s’allonge avec l’arrivé d’une tondeuse manuelle de marque Al-Ko.

Elle nous servira à tondre nos chemins de trèfle blanc.

 

Les avantages

 

– Écologique: Sans moteur, sans pollution, sans consommation.

– Sans électronique, fiable et robuste.

– Économique: Pas d’entretiens coûteux, pas d’essence.

– Pas de pollution, respecte l’environnement et nos voisins humains comme animaux.

– La tonte est de meilleure qualité, et le gazon en bonne santé grâce aux lames hélicoïdales !

Acheté sur site annonce

Paille et foin

Nous pourrions croire que c’est facile à trouver, mais ce n’est pas le cas quand on cherche de la matière non traité bio. Jusqu’à maintenant nous avons réussi à nous procurer un round baller de 300 kg gratuit et un deuxième pour 30€. Nous nous en servons pour pailler nos planches de cultures, cela limite la pousse d’adventices, protège le sol et garde l’humidité. Avec la canicule que nous avons eu, cela nous a bien aidés. Notre sol qui est argileux est plus souple sous la paille, c’est agréable pour désherber comme pour planter.

Reçu et acheté

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :